Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 septembre 2013 3 04 /09 /septembre /2013 13:59

L’Ultra Trail Du Mont Blanc qui contourne par les sentiers le mythique sommet  le plus haut d’Europe et d’une longueur de 168 km  avec 10500 mètres de dénivelé a été l’événement sur Chamonix en ce week-end du 30 Août 2013.

 MONT blanc

Profil-UTMB-2013

Un  titre qui intègre le mot Trail, si bien connu tous les week-end   dans le monde de la course à pieds.

Mais le terme Ultra, que représente t’il ? Vous qui me lisez et qui ne pratiquez peut-être pas forcément, avez-vous une idée ? Un trail un peu plus long qu’habituel me direz vous !! Avec un effort prolongé !! et avec beaucoup de marche !!

On peut en rester à ces réponses perspicaces  mais j’aimerais vous plonger dans ma course pour ressentir, découvrir, analyser  ce monde si particulier de l’UTMB qui s’éloigne bien souvent de la notion première de cette discipline.

C’est la 8ème   fois que je prends le départ et chaque année cet événement reste  unique par les préparatifs, les entraînements spécifiques, l’émotion , le plateau international, le site du Mont Blanc, la foule de coureurs et d’accompagnants, la presse et la médiatisation, les conférences, les stands….

Mais derrière  cette fête, parfois cette euphorie débordante  il faudra garder constamment en tête que cette épreuve est  d’une extrême difficulté et j’insiste fortement sur cette dimension de la difficulté. Il ne suffira  pas de savoir courir ou bien courir, marcher ou bien marcher pour franchir la ligne d’arrivée !! L’abandon d’un bon nombre de coureurs élites et autres  en est la preuve.

L’état de forme physique est d’une importance évidente mais il ne sera qu’un élément d’une composante  qui permettra au coureur d’être finisher. Mon excellente saison   2013 m’a mis en confiance mais en aucun cas m’a permis d’aborder cette épreuve en toute sérénité et sans inquiétude. Il faut rester très humble face à ce défi et accepter d’être confronté à tous les aléas inconnus dans un trail classique .Il suffit d’observer par exemple  la presse spécialisée d’avant course et d’après course pour faire un parallèle entre les favoris puis le classement final . Ou de  relire quelques interview d'avant course  (on peut lire par exemple en gros titre  « l’OVNI Américain » ou l’ambition débordante  de certains coureurs soumettant l’idée de  tomber les 20 heures) que l'on trouve un peu en décalé après la course!! 

 

Prendre le départ dans des conditions optimales sera ma priorité. Il faudra insister et régler minutieusement  le tout  petit détail qui pourra prendre des dimensions aux conséquences dramatiques s’il n’est pas maîtrisé. Je vais aborder ici les points essentiels, qui s’éloignent de la course à pieds et qui seront pourtant les vecteurs décisifs pour arriver à bon port !! Cette préparation est universelle et fonctionne pour tous les coureurs, quelque soit le niveau, le poids, le sexe, les plans d'entrainements, les objectifs..

 

Le sac à dos  sera mon  unique compagnon de route. Tout doit être pensé en terme de confort mais aussi en terme d’efficacité. L’indispensable doit être à porté de main car l’état de fatigue extrême ne vous permettra pas de faire la démarche par exemple de récupérer une barre énergétique mal placé au fond d’une poche. Sur un ultra si vous restez une heure sans vous alimenter c’est quasi un abandon assuré. Pour la boisson idem, j’aime bien avoir ma boisson énergétique et du coca en continue sur le devant de mon sac et connaître la contenance. Pouvoir aussi mettre le coupe vent, gants et bonnet rapidement car le froid peut vous prendre d’un coup, accéléré par le sommeil de la nuit. C’est exactement ce qui s’est passé pour moi au 80ème km à 2h30 du matin dans la montée de Bertone après Courmayeur .Le sommeil m’envahit brutalement, mon allure se réduit, mon effort s’amenuise et par conséquence le froid se rajoute à ma première couche bien humide. D’ailleurs je m’allonge  à deux reprises pendant 30 secondes dans cette montée avant d’arriver au refuge et me couvrir.

Que ces moments sont durs !! Le sac doit aussi coller au corps pour éviter tout frottement qui peut se transformer en ampoules. L’Ultra Trail 3, léger   de chez Lafuma répond parfaitement à toutes ces attentes.

 

L’alimentation Il faut connaître la quantité de nourriture et de boisson à prendre  chaque heure (60 à 70 grammes de glucide par heure pour moi) et être habitué aux aliments ingurgités, savoir alterner sucré, salé, savoir prendre le temps nécessaire à un ravito pour mieux repartir. Notre corps est une formidable machine mais on peut parfois comprendre ses dérèglements  gastriques et intestinaux  quand on analyse la ration alimentaire pendant la course. En faisant ma propre analyse de l’alimentation, j’arrive sur 26 heures d’effort, à 6 litres de boisson énergétique, 4 litres de coca, 1 litre de soupe de pâtes  soit 11 litres de boisson,  vingt  barres énergétiques GO2 (assortiment de pâtes de fruits, pâtes d’amende et barres  protéines), pour le salé  une trentaine de tuc, une trentaine de tranches de saucisson, une vingtaine de carré de gruyère, une baguette, trois  bananes !! Ça paraît incroyable toute cette quantité et  pourtant ! Et pour info 4 arrêts pipi, signe d’une hydratation convenable. Je suis très satisfait de ce chapitre alimentaire, je n’ai jamais été en manque pendant l’effort, contrairement à l’année dernière dont l’hypo m’a coûté une dizaine de places  entre deux ravitos !!).J’ai franchi la ligne d’arrivée avec encore l’envie de boire, de manger (d’ailleurs je me suis avalé  une bière dans les 5 minutes qui ont suivi). Et là je peux donc dire que c’est une vraie victoire sur  l’alimentation !!! Ceux qui font de l’Ultra comprendront aisément ma pensée..

 

La tenue  vestimentaire, son matériel  et son assistance. Le poids  du sac a des incidences sur l’allure de course. Partir léger c’est  bien, on gagne du temps, super !! Mais que se passe t’il  quand vous êtes en pleine nuit dans une descente raide et technique du style les Chapieux avec un éclairage limité!! Et bien vous regrettez d’être parti avec une frontale certes légère mais peu efficace, avec peu de batterie. Le risque de chute est beaucoup plus important, la vigilance est augmentée, ce qui a pour conséquence de puiser de l’énergie. Pour éviter cela je suis parti avec deux bonnes frontales Nao Petzel et  des batteries de rechange pour avoir un éclairage puissant toute la nuit, ne pas avoir le stress de tomber en rade de batteries, et ne pas se laisser bercer par un  halo de lumière qui accélère le sommeil et qui réduit le besoin de s’alimenter.

Je suis surpris aussi par la tenue de certains qui restent en petit short et un très léger tee-shirt manche courte en pleine nuit. Il est vrai que la météo était clémente cette année mais je pense pas que le col du Bonhomme au 40èmekm  et le col de la Seigne au 60èmekm  à plus de 2500 d’altitude apportent le confort thermique nécessaire à un coureur en plein effort qui enchaîne montées et descentes ? Et le grand col Ferret, au lever du jour pour moi vers 6h 30  avec son vent glacial habituel et la fraîcheur du glacier à seulement  quelques centaines de mètres du sentier. Dans cette situation de nuit je préfère de mon coté partir encore un peu chargé avec deux couches thermiques légères, une sur moi et une dans le sac par sécurité. Je ne regrette pas du tout et j’ai même mis ma taillole à Courmayeur pour me protéger le bas ventre. Et malgré cela je me pose la question aujourd’hui de savoir si je n’aurais pas dû me protéger encore mieux le haut du corps car j’ai senti à plusieurs reprises que j’étais à la limite du coup de froid (je connais bien le phénomène) avec de légers spasmes et autres aux franchissements des cols et les descentes. Les conséquences d’un coup de froid peuvent être terribles et il ne faut pas seulement imaginer l’inconfort  ou des grelots !! Non il peut engendrer des terribles maux de ventres et surtout vous stopper pendant des heures le métabolisme des glucides qui permet d’alimenter vos muscles et vous apporter l’énergie nécessaire. Alors que c’est-il passé pour moi au 80ème alors que tout aller parfaitement avant ! L’épuisement a été brutal, aucune douleurs aux jambes mais elles sont devenues   très coton avec une envie de dormir. Ce passage n’a jamais été facile pour moi (il suffit de lire mon récit de 2009 !!).La descente traumatisante sur Courmayeur, puis un arrêt de 6 minutes  sous couvert au gymnase avec une reprise dans la montée de Bertone est un enchaînement redoutable. Peut-être que j’ai commis l’erreur de ne pas repartir avec une couche thermique sèche. Et ces spasmes très légers m’ont accompagnés jusqu’au lever du soleil après la Fouly vers le 110ème. Tout cela pour dire qu’il faut pouvoir se changer quand on le décide (et cela se prépare) et éviter d’attendre que le corps le réclame car il est souvent trop tard.

L’assistance personnelle familiale est pour moi, dans la mesure du possible, capitale sur un ultra car elle vous apporte une aide matérielle certes,  mais surtout un confort mental et une chaleur humaine qui ressourcent, stimulent. C’est parfois simplement le petit mot qui fait tellement du bien ! Merci  à toute ma famille nombreuse et  mon ami Christophe qui m'ont soutenu jour et nuit.

ASSISTANCE

Merci aussi à ma chérie gg qui m’a soutenu à distance et à tous ceux qui m’ont adressé des messages de sympathies et de soutien. Cette assistance ne s’improvise pas et devra être réfléchie bien avant la course (une semaine avant pour éviter de rajouter du stress et de la fatigue et d’oublier un petite chose) en terme de ravitaillements, matériel et tenue de change.  Je vais prendre l’exemple de Champex au 123ème ou je me suis intégralement changé en  tenue d’été. Merci à Lafuma qui permet aux athlètes du Team d’être très bien équipés en toutes circonstances. Cette année l’organisation a réduit fortement à 5 les points autorisés de l’assistance personnelle. Il a suffit de s’adapter, de se conformer au règlement et tout c’est bien passé. J’en profite pour exprimer un grand doute  sur le contenu du matériel obligatoire de plusieurs coureurs  sur la ligne de départ en observant  un minimalisme évident !!   

 

Le repos d’avant course. Celui de   la veille et de  l’avant-veille de l’épreuve. Pour éviter un stress complémentaire tout doit être fin prêt quand vous arrivez sur Chamonix le mercredi, aussi bien le   sac, que  sa tenue, ou  son assistance .Il faudra  consacrer  ces deux jours au retrait du dossard (plus le contrôle anti-dopage pour moi), à la visualisation mentale du parcours, aux difficultés que la distance peut nous infliger pour nous conditionner. Se dire aussi que le courage, la force, la ténacité, la patience devront être sûrement les maîtres mots pour aller au bout.  Puis repos, repos avec un petit tour au salon du trail pour se détendre. Par contre je n’ai pas très bien dormi la veille de la course. Il faudra que je me penche  sur le sujet de la relaxation qui doit être,  j’imagine,  très bénéfique  dans ces situations !

 

Bon et c’est quand qu’on prend le départ !! J’y arrive. Il est vendredi 13 heures. Mon repas est classique (légume, riz demi complet, jambon blanc, yaourt soja, banane, mon petit carré de chocolat).Repos puis douche et douche glacée sur les cuisses et jambes .A 15 heures j’enfile ma tenue, une petite photo avec Sebastien Buffart  puis direction Chamonix vers 15hUTMB 2013 00445.UTMB 2013 007

Je reconnais avoir la chance d’être un coureur  privilégié à savoir que je peux au dernier moment  me positionner sur la ligne de départ. C’est ce que je fais vers 16h20, à 10 minutes du départ. La foule est énorme, l’ambiance exceptionnelle et la musique de Vangélis me prend les tripes et me donne des frissons  une nouvelle fois. Je savoure ce grand, très grand moment magique, unique, spécifique à l’UTMB.

d--part-1-copie-1.JPG

 

16H30 et c’est dans un bain de foule que les 2469 coureurs déclenchent leur chrono et s’engouffrent  dans les rues de Chamonix. UTMB 2013 023

Très vite des dizaines de coureurs me doublent sur les deux premiers kilomètres puis les allures s’installent.

1239999 10151605300981674 542168294 n

Je ne me souci en aucun cas de l’allure des autres. J’ai en tête mes temps de passage et suis avant tout à l’écoute de mes ressentis. Mon objectif est d’être dans une allure très régulière et efficace  jusqu’à Courmayeur au 77ème.Pour moi le parcours se résume en 4 trails, un de 30 km 1600+ de Chamonix au Contamines et trois autres de 46km et 2800+ des Contamines à Courmayeur, puis de Courmayeur à Champex, et de Champex à Chamonix !! Rien que ça !!Alors on ne va pas s’affoler !

Les kilomètres  défilent et je me sens bien, facile. Après les Houches, dans la montée du col de Voza,  je double et je double!. Je profite de dire un mot à Coco Favre puis à Serge Moro qui m’a pris cette belle photo.

UTMB hervé

Les coureurs s’étalent et je suis assez surpris de me retrouver déjà bien isolé à Delevret avant de commencer la descente sur St Gervais. Une descente longue de 1000- qu’il faudra négocier de façon très souple. Beaucoup de monde, de spectateurs à travers les rues avant de retrouver le sentier vers les Contamines. Attention au rythme sur cette  portion !! J’arrive donc au village en 3 heures pour 30kms.L’ambiance est bien présente et je profite de ma première assistance pour prendre toutes mes réserves alimentaires, barres et poudre pour la portion Contamines Courmayeur. Le sac est un peu lourd et j’aurais dû faire un peu plus de sorties entraînements avec ! Je suis placé 21ème, c’est plutôt très bien mais c’est juste une info car je veux rester dans mon effort.

Et maintenant je m’éloigne pour rentrer très vite dans la nuit et ce pour une durée de 10 heures !! 1300+ en direction de la Balme puis du refuge de la croix de Bonhomme. Je suis trop bien dans mon allure et le ravito de la Balme est agréable avec toujours un feu de camps et de la très bonne soupe pour repartir. Je mets en route ma   frontale sous ce ciel totalement étoilé à la Balme à 20h30 .Je connais bien le sentier qui me dirige au Col puis à la Croix. Cette ascension se fait assez bien sans grosse difficulté. Mais attention à la descente sur les Chapieux, je mets l’éclairage le plus puissant car il s’agit de longer des fanions à travers un herbage très pentu, crevassé de grosses rigoles, et envahi de cailloux, dalles, rochers.900- en 34 minutes pour arriver aux Chapieux en 5h43 pour 50kms.Je suis 24ème et tout va pour le mieux.

Un contrôle de mon matériel obligatoire par l'organisation et je repars pour une portion de 7km de petite route de montagne en dessus Bourg St Maurice pour arriver à la ville des glaciers. (Les paysages sont magiques quand on y passe de jour !!).J’entame ensuite la montée du Col de la Seigne sur 4kms avec toujours de très bonnes jambes.1h33 pour faire les Chapieux la Seigne avec 1000+ c’est top. C’est l’Italie avec une petite descente d’une demi-heure et j’arrive au ravitaillement du lac Combal .Je suis seul avec des tables remplies de réserves alimentaires, les bénévoles sont très serviables et toujours très sympathiques.  

Deux minutes d’arrêt pour boire ma soupe, recharger ma bouteille et en avant pour l’arête Mont Favre. 45 minutes plus tard je pense alors  à Courmayeur qui est 10 km en contrebas. Cette descente depuis le col de Chécroui est souvent en single et très pentue. Il faut être très prudent et rester vigilent et concentré jusqu’au bout même si on sait que Courmayeur est la première grande étape de franchie !!

Pour la deuxième fois mon assistance est présente, merci d’être là en pleine nuit car  il est 2 heures du matin et ça fait donc 9h30 que j’ai pris le départ. Je suis 18ème .Je rentre dans un hall pour m’asseoir, recharger mon sac, changer ma batterie de frontale. J’aperçois Vincent Delebarre et la future première féminine qui arrivent. Je repars après seulement 4 minutes en direction du refuge Bertone 1000+ plus haut.

Dés la sortie de Courmayeur je passe Vincent D, on se dit un mot et je continue mon chemin mais 20 minutes plus tard il revient sur moi car j’ai nettement ralenti mon allure à cause d’un gros coup de fatigue .Merci Vincent pour tes mots d’encouragement. J’ai du mal à marcher et je m’allonge à deux reprises 30 secondes. Je me dis comment je pouvais être aussi bien  il y a 1/2 heures et être autant épuisé  maintenant !! Comme je le mentionne plus haut le coup de froid est peut-être l’origine d’autant que je ressens  des spasmes. Je me fais violence et rejoins  le refuge. Je m’arrête 10 minutes, je me couvre et décide de boire du café, boisson que j’avais proscrite depuis quelques mois, suite à une anémie. L’effet fut quasi immédiat et m’a permis  de repartir en direction du refuge de  Bonnati  puis d’Arnuva. Cette traversée est difficile par les relances et sa longueur.

A Arnuva il est 5h25 du matin après 94km et 13 heures d’effort. Au ravitaillement on m’informe qu’au grand col Ferret le vent est violent et froid .Je repars confiant et je fais une belle montée en 1h07 avant de basculer vers  Suisse !

Je sens la fatigue m’envahir à nouveau mais que faire ? Je n’ai pas de blessure, ni de soucis digestifs, alors je continue pour arriver 40 minutes plus tard à la Fouly en 28ème position. Je salue Kylian qui venait de voir passer ses potes espagnols et profite pendant quelques minutes du grand confort de ma famille.

A ce moment là se pose pour moi  la question de l’abandon !! Il reste 60 kms, c’est beaucoup, c’est énorme et en même temps j’en ai déjà fais  110. La nuit est passée, le soleil est bien présent, mes proches sont là, je ne suis pas blessé, aucune chute alors je décide de finir au mental en découpant le reste en 4 tranches Champex, Trient, Vallorcine, Chamonix.

C’est donc reparti pour Champex, cette étape dure 1h45 et je retrouve pour la troisième fois mon assistance. Que ça fait du bien de se changer et repartir à neuf. Je fais un ravitaillement conséquent qui dure 16 minutes (un peu trop long peut-être mais il m’a permis d’aborder l’étape suivante avec confiance) En moyenne mes arrêts étaient de 3 à 4 minutes.


L’étape Champex Trient est composée de la  montée de Bovine, bien souvent ignorée !! Et pourtant longue et très pentue. Je retrouve de l’énergie et j’en profite pour bien avancer et me retrouver dans la descente vers Trient.avant Bovine

Je redouble Vincent D  qui a très mal aux jambes mais qui reste confiant pour le final.

Allez !encore deux étapes. J’aborde celle de "Trient Vallorcine"  sereinement avec la terrible bosse de Catogne. Je monte en quasi 800m/h et  double 4 coureurs. Ensuite la descente sur Vallorcine est interminable mais je parviens à ce dernier point d’assistance

trient 2

Puis j’aborde on va dire la dernière ligne droite qui va durer tout de même 19 km avec 1000+.(juste un petit trail)

Heureusement que le mental est toujours là. Je connais très bien cette portion compliquée avec la traversée de Tête Au Vent à la Flégère. Tout d’abord 1000+ pour arriver à Tête au Vent avec du rocher à volonté. Ma progression se réduit et quand je commence la traversée je suis complètement épuisé et j’ai même du mal à marcher dans cet amas de cailloux. Je me refais doubler par 4 coureurs sur ces 2 km avant la Flégère. Allez il ne faut rien lâcher, je ne dois pas m’arrêter, chaque pas est un pas de moins à faire, tout le monde m’attend en bas dans la vallée !

A la Flégère il reste 8 km, je bois deux verres de café et j’entame la descente en crabe. Je me dis non tu dois courir, coûte que coûte. Je laisse alors mon corps légèrement basculer vers l’avant en espérant que les quadriceps supportent encore l’inertie !!ça passe et 1 heure plus tard  j’arrive donc à Chamonix samedi 31 Août à 18H37 en 26h07 d'effort, 31ème, 4ème V1, 10ème français.Heureux

arrivée 2

Je vous laisse imaginer ce moment intense qui irradie tout mon corps et l’esprit quand je franchis cette ligne d’arrivée avec ma nièce Lory et Léon.

papa arrivée bis

 

Tous mes proches sont là , l’émotion est si grande .MERCI

arriv+®e 5

passage

Résultats:http://utmb.livetrail.net/classement.php?course=utmb 31%d'abandons

Partager cet article

Repost 0
Published by Hervé GIRAUD-SAUVEUR - dans ARTICLES ET NEWS
commenter cet article

commentaires

shaun jackson 18/03/2014 08:28


Really enjoyed reading that and some really usefull inforamation. One day i would like to have a go at the utmb but for the moment as a beginner i'll stick to my "trail court" 


Good read  , good blog ,see you out on the trails !!

doune 05/09/2013 16:02


sacrée perf !


Après 8 participations, y a toujours l'envie d'en faire une de plus ?

Florent Sourbier 05/09/2013 10:27


Bravo Hervé,


Sur du courts comme du long, tu réalises une excellente saison. Tes récits sont toujours une formidable mines d'informations. Ton analyse sur l'alimentation ingurgité pendant la course est trés
enrichissante. J'en ai fait les frais sur l'Echappée Belle à trop vouloir optimiser les pauses aux ravitos...


Sportivement


Florent Sourbier, Marseille Trail Club & Passion Course

lacroix 04/09/2013 21:25


bravo pour ce récit qui fait bien vivre de l'intérieur un ultra. Cela rassure de savoir qu'un champion comme toi passe par les mêmes états d'âme qu'un coureur anonyme comme moi. Ce qui est
amusant c'est qu'on aurait pu arriver en même temps sur la ligne car j'ai terminé à 18 h45 la PTL avec mon partenaire.

yanshkov 04/09/2013 18:18


Bravo Hervé et merci pour ce CR et tous les conseils prodigués .


a+ sur la Saintélyon

Hervé Giraud-Sauveur

  • : Hervé GIRAUD-SAUVEUR
  • Hervé GIRAUD-SAUVEUR
  • : L'intéret principal de mon blog est de vous faire partager ma passion pour le sport, le trail , mes courses, mes entrainements, mes objectifs.
  • Contact

CONTACT

Mail : hervegap@gmail.com

Tel: 06 64 95 43 62

Gîtes: http://gite.orcieres.free.fr

  • MALADIE DE CROHN
    Mais pourquoi mes taux de ferritine et d'hémoglobine sont bas et parfois terriblement bas ? Ce fût une interrogation durant plusieurs années !! les batteries d'analyses sanguines avec divers marqueurs n'ont jamais donné de réponses ! Et bien j'ai eu,...
  • Gapen'Cimes 55 kil 3000+ Anémie je t'ai cherchée, Anémie je t'ai trouvée 02 octobre 2016
    Il me sera difficile de prendre le départ demain 02 octobre de la Gapen'cimes , 55 kil 3000+ .Une bien belle course qui se déroule pourtant ici, à Gap, chez moi !! Cela dit je serai sur les sentiers pour encourager les coureurs. Pourquoi ne pas m'aligner...
  • TDS chamonix 101kil6100+ 24 Août 2016
    TDS 24 Août 2016: Imaginez un grain de maïs passé au micro onde.Et bien j'ai eu la même fin dramatique : j'ai sauté puis explosé en grillant dans la montée après Bourg St Maurice ! Cette chaleur intense à la sortie de Bourg et sur 1900+ m'a infligé une...
  • Ubaye Salomon 42kil 2300+ 7 Août 2016
    Ubaye salomon 42kil 2400+ 4h32 18ème 1erV1 ,une bonne prépa TDS pour clore cette semaine bien chargée avec 10000 de déniv !! maintenant je veux du jus merci,c'est dans 17 jours!!
  • Sky Race Montgenèvre 60kil 4000+ 9 juillet 2016
    Le Chaberton (la pointe) à 3200 mètres Seulement 6 jours après l'Ultra Champsaur je prends le départ de la Sky Race de Montgenèvre, 60kil et 4000+.La fraîcheur n'est peut être pas au rendez vous mais qu'importe !! L'état de forme est bon , aucune douleur...
  • Ultrachampsaur 57 kil 3800+ 3 juillet 2016
    J'adore le chocolat mais un excès a des conséquences parfois perturbantes Nouveau parcours, nouveau décor pour cette 8ème édition de l'Ultrachampsaur. Encore plus de montagne, de dénivelé et de passages aériens, avec un peu moins de kilomètres . Quatre...
  • Trans Ecrins 57 kil 3300+ 18 juin 2016
    Une course qui me transporte dans l'ivresse de l'adrénaline ,dans le cœur des ressources des montagnes, dans les ressentis du bien être de l'effort.. où tout se passe naturellement avec fluidité à l'image de tous ces ruisseaux que j'ai pu enjamber et...
  • Trail de Rousset 37kil 2200+ 5 juin 2016
    Mon sentiment d'avant course sur le Dauphiné Libéré du dimanche 5 juin 2016 Puis mon petit, à l'image de ma durée de course, récit... Le trail de Rousset sur les hauteurs du lac de Serre Ponçon m'a permis de vivre ce matin une réaction musculaire assez...
  • Aurélien Trail 44kil 2400+ 1er mai 2016
    Au départ de ce trail je dois reconnaître que j'avais un ressenti que j'allais vivre une grande course, dans l'allure, la gestion et pourquoi pas le classement. C'est un état de forme au plus haut ces temps ci qui m'a orienté vers ces pensées. Dés le...
  • Montée sèche d'Oule Veynes 2.4k 800+ 23 avril 2016
    Tarte aux myrtilles en récup ce dimanche 24 avril aprés une sortie de 4h10! J'espère faire encore tout plein de podiums avec cet adorable gamin Gaell Reynaud en photo( j'aime bien l'appeler ainsi il pourrait être mon fils!) Cette montée sèche d'Oule 2kil400...